Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Désargence.over-blog.com

PROSPER

, 18:41pm

Publié par Prosper

Cette page est consacrée aux publications de Jean-Paul Lambert (alias Prosper) qui a passé sa vie à œuvrer pour l'éducation (écrits sur l'usologie), puis pour le distributisme (théorie économique de Jacques Duboin) et enfin pour la suppression de l'argent. Il est l'inventeur du mot "désargence". 

Biographie:

                Après le baccalauréat, Jean-Paul Lambert commence des études de philosophie.  Fin des années 1960-début des années 1970, il obtient un certificat d’aptitude pédagogique à l’enfance inadaptée et travaille comme  Directeur-Adjoint d’une SES  (Section d’Education Spécialisée)  au Collège Pasteur de Créteil.

                Il participe durant ces années 70, en qualité d’auteur, à la revue ESPRIT où il rencontre Jean-Marie Domenach, Paul Thibaud, Luce Giard, et celui qui devint un ami de longue route jusqu’à la fin, Casamayor (Serge Fuster), magistrat et écrivain, responsable du “ Journal à plusieurs voix”.

                Il publie en 1973 “Le gai massacre des cancres” aux éditions ouvrières, sur la condition sociale de ces enfants dits « inadaptés » que leur classe socio-culturelle condamne.

                Militant écologiste avant l’heure, dès les années 70, Jean-Paul Lambert participe aux revues de l’époque. Ses articles paraissent dans La gueule ouverteCombat non-violentSilence

                Il publie en 1976 “Le Porte-Képi” aux éditions Galilée : « Ce livre est dédié à tous ceux qui ont pour projet de desserrer l’étau d’un appareil répressif d’autant plus irritant que ses mécanismes sont multiples, apparemment indépendants les uns des autres, souvent même séduisants… 

                Il reste au collège Pasteur jusqu’à l’âge de sa retraite, 55 ans, où il choisit de se retirer en Cévennes dans sa Maison des Salles, au pied du Mont Aigoual, qu’il a acquise  en 1978 et qu’il retapera  tout seul.

Il y fonde  en 1989 “l’Association USOLOGIE”, et prend en charge, en autodidacte, un travail considérable d’écriture et de publications qui lui prend tout son temps. Le docteur Jean-Michel Fuster (fils de Casamayor), par amitié pour Jean-Paul Lambert, sera Président de l’Association  dont le but est de réfléchir politiquement aux usages et pratiques, en mesurant l’impact écologique et les conséquences  socio-politiques et économiques sur la planète.

                Il publie une série de Cahiers de l’Usologie, artisanalement composés dans sa maison des Salles et déposés à la Bibliothèque Nationale. Les éditions de l’Harmattan les présente ainsi : « Lecteur de Sartre (l’existentialisme) et de Wittgenstein (philosophie analytique anglo-saxonne), Jean-Paul Lambert réalise que, seuls les usages définissent le contexte et que l’on ne peut rien fonder en “être”, ce qui limite notre liberté : ceci dans la lignée de Sartre et surtout de de Wittgenstein (“Ce dont on ne peut parler, il faut le taire” ou “Ne cherchez pas l’être, cherchez l’usage” ». Le médecin, devenu philosophe, François DAGOGNET rédige la préface du premier exemplaire de  Cahier d’Usologie.

Ses recherches  le conduisent tout naturellement à appliquer l’usologie à l’économie et il découvre le Distributisme du député Jacques Duboin. Jean-Paul Lambert publie en 1998 aux éditions l’Harmattan “Le socialisme distributiste : Jacques Duboin : 1878-1976”, avec préface d’Alain Caillé, alors Professeur d’Université à Caen, membre d’un groupe de recherches en Sciences Sociales, le MAUSS (Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales), et qui produit une revue dans laquelle Jean-Paul Lambert publie plusieurs articles : “LE DISTRIBUTISME : éthique et politique : la grande relève de la machine par les hommes”,  octobre 1998 et “ ÉCOLOGIE ET DISTRIBUTISME : la planète des usagers, novembre 1998.

Il participe également à la rédaction d’articles  dans la Revue du MAUSS :

2003 : N°21intitulé : L’alter-économie, l’hypothèse distributiste, la gratuité à tous les étages.

2003 : N°22 intitulé : Qu’est-ce que le religieux ? Religion et politique. L’irréligion de l’avenir. Jean-Marie GUYAU et l’option nominaliste

2004 : N°23 intitulé : De la reconnaissance : don, identité, estime de soi.  Le rythme de la liberté. 2005 : N°26 Alter-démocratie/alter-économie : chantiers de l’espérance esquisse d’une démocratie anti-utilitariste.

                Entre 2000 et 2017, Jean-Paul déroule un long cheminement vers la Désargence dans la revue Prosper dont les reproductions sont ci-dessous disponibles.

                En 2011, Jean-Paul Lambert publie sous le pseudonyme de Marc Sanders, avec Jean-Patrick ABELSOHN  aux éditions Le passager clandestin, “Désobéir à l’argent”.

                Le samedi 26 janvier 2013 a lieu à l’Espace citoyen de Lyon, la “Première rencontre pour une civilisation sans argent”, avec le chercheur autodidacte François Laoudi, Jean-Patrick Abelsohn, la journaliste modératrice de cette rencontre Florence Leray (voir YouTube )

                Suite à la parution de son ouvrage en avril 2013,  “Le porte-monnaie Une société sans argent ?”,  aux éditions libertaires,  Jean-François Aupetitgendre et Jean-Paul Lambert se rencontrent et se lient d’une solide  amitié.  

                Jusqu’à ses derniers jours, Jean-Paul Lambert a entretenu une volumineuse correspondance avec nombre d’intellectuels connus : Serge Latouche, Yves Cochet, Paul Ariès, Vincent Liégey, Paul Jorion, les canadiens Jacques Godbout et Denis Blondin,  etc.

                Jean-Paul Lambert fut longtemps et pour beaucoup un passeur, les entraînant avec lui dans son cheminement de l’éducation à l’écologie puis à l’usologie,  de l’usologie au distributisme, et enfin, du distributisme à la désargence.

 

L'ensemble de sa revue PROSPER (27 numéros et 3 hors-série) a été numérisé, ce qui permet d'offrir à tous ceux qui le désire d'y avoir accès ici en cliquant sur les liens.

 

 Revue Prosper n°1, printemps 2000 Le modèle distributif / l'écologie est-elle soluble dans le redistributisme / Des usages et des usagers /Prosper en débat....

  Lien

Prosper N°2 été 2000: école des usagers ou fabrique de consommateurs?

Lien:

Prosper N° 3

Lien:

Prosper N°4:

Voir

Prosper N° 5

Lien:

 

Prosper  N°6

Lien: