Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Désargence.over-blog.com

Les fonds vautours...

3 Février 2020, 11:01am

Publié par AUPETITGENDRE Jean-François

                Un ami venait d’entendre un reportage sur les “fonds vautours” et en avait conclu que c’était là le mal absolu, qu’il fallait  éradiquer ces pratiques en priorité pour sauver le monde.

                 Les fonds vautours sont des sociétés privées qui rachètent à prix cassés la dette des États en difficulté pour ensuite en réclamer le paiement à la valeur d’origine, majoré d’intérêts et de pénalités. Se nourrissant de la détresse financière des pays, ils enregistrent des profits qui représentent en moyenne trois à vingt fois leur investissement. Franchement, “c’est pas bien” et mon ami se demandait pourquoi aucune loi ne tentait d’empêcher ces prédateurs de saigner ainsi le bon peuple. Certains s’y sont attelés : les Belges ont adopté la loi du 12 juillet 2015 « relative à la lutte contre les activités des fonds vautours ». Cette loi fait désormais jurisprudence au niveau mondial, depuis que la Cour constitutionnelle belge a rejeté le recours du fonds “NML Capital Ltd” qui demandait l’annulation de cette loi. Bravo, les Belges !

                Alors, pourquoi parle-t-on encore des fonds vautours, me demande mon ami ? “Parce qu’une loi ne peut rien contre l’argent, l’ami ! Va voir l’histoire de Danielle 2 que nous propose le CADTM, le Comité pour l’Abolition des Dettes illégitimes.”  Cette vidéo mélodramatique explique très bien le fonctionnement des Fonds vautours et les conséquences pratiques qu’ils impliquent. Il manque toutefois deux choses : une généalogie de ces fonds qui expliquerait comment ils ont pris tant de pouvoir et quelle réponse plus efficace qu’une loi nous pourrions leur opposer. Allons-y pour combler ces lacunes…

                La vidéo insiste sur le fait que personne n’est responsable. Un État, une entreprise, un particulier emprunte pour se développer, c’est légitime. Les affaires tournent mal et le débiteur n’est plus solvable, c’est regrettable. Sauf que la dette est aussi une marchandise et que le banquier a la possibilité de vendre cette dette. C’est vieux comme le monde et c’est ce que fait la mafia quand elle veut assujettir quelqu’un : elle rachète sa dette et s’en sert comme outil de chantage pour le contraindre à faire n’importe quoi sous peine de mort ou de sévices graves. La mafia est puissante, sans scrupule, sans états d’âme. Le fond vautour aussi. Mafia et Fonds vautours sont frères utérins, fils de la même mère Profit, du même père Argent.  Chassez le mafieux il revient en habit d’avocat. Chassez le vautour il revient déguisé en chouette. C’est chouette un avocat, mais sous d’autres habits ou plumes, le vautour et le mafieux ont toujours un solide appétit. Les Belges ont fait une bonne loi anti-vautour, bravo. C’est bien et c’est encourageant. Mais fait-on des lois contre la mafia, contre les pratiques occultes d’obscurs financiers dont l’adresse postale est aux Bahamas, le domicile introuvable, les collaborateurs au-dessus de tout soupçon… ? 

                Pour affamer un mafieux ou un fond vautour, il n’y a qu’une recette, lui ôter l’accès à ses carcasses, à son argent. L’argent crée le vautour, lequel ne peut faire autre chose que de se repaître d’argent. Si l’on accepte du bon argent sonnant, trébuchant, social et solidaire, il faut accepter aussi le vautour et le mafieux. Si l’on veut l’égalité, la liberté, la fraternité entre les hommes, il faut fuir l’échange marchand, qui ne peut se faire sans argent, lequel donne naissance aux vautours et aux mafieux. Ces deux-là étant “pleins aux as”, ils auront toujours une armée de juristes, de lobbyistes, de politiques corrompus qui leur trouveront le petit créneau par lequel s’engouffrer, avec en plus un économiste talentueux pour démontrer que le problème est juste une question de régulation !

                Le monde peut bien danser en rond, tous les gars du Monde se tenir par la main, on peut inventer mille Comités pour l’Abolition des Dettes illégitimes, si on laisse traîner quelque part la moindre carcasse monétaire, sous quelque forme que ce soit, un vautour en sortira. Et les  membres du CADTM seront aussi efficaces qu’ils l’ont été en Grèce sous la présidence à l’Assemblée nationale, de l’excellente  Zoé Konstantopoúlou… L’intégrité et la valeur personnelle d’Éric Toussaint et de ses amis pèseront très peu face aux vautours qui financent les Tsipras, les Macron, les Junker… 

                Jusqu’au denier sou, au dernier bitcoin, à la dernière monnaie locale, il faudra craindre l’effet pervers de l’argent, ce formidable outil d’échange…. et de domination.

Commenter cet article