Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Désargence.over-blog.com

L’effondrement en vidéo.

19 Janvier 2020, 16:20pm

Publié par AUPETITGENDRE Jean-François

 

                Intitulée “L’effondrement”, cette série TV réalisée par Guillaume Desjardins, Jérémy Bernard et Bastien Ughetto, montre plusieurs destins d’individus et de familles, à différents moments de l’effondrement, tentant de survivre tant bien que mal dans un monde qui ne tourne plus rond, entre manque de ressources, émeutes, paniques et insécurité. Présentée en huit épisodes de 20 minutes, la série est proposée sur Canal+ et peu à peu diffusée sur Youtube (à ce jour, quatre épisodes en accès libre).

  1. Le super marché (2 jours après la crise) : A une époque où les ressources viennent à manquer, Omar, caissier dans un supermarché doit faire face aux demandes singulières des clients inquiets par les problèmes d'approvisionnement. Sa petite amie débarque sans prévenir avec quelques amis. Ils viennent faire le plein de nourriture avant de quitter la ville. Omar hésite à les suivre…
  2. La station-service (J+5) : Dans un monde apocalyptique, les biens de premières nécessités viennent à manquer. Le troc s'est généralisé. Christophe, propriétaire d'une station-service, s'est organisé avec ses collègues pour mettre en place le rationnement de carburant. Mais ils doivent faire face à des clients de plus en plus violents…
  3. L’aérodrome (J+6) : A une époque où les vivres, l'essence et l'eau viennent à manquer, Laurent Desplat, un riche homme d'affaires reçoit un coup de téléphone du service du Gouvernement chargé d'évacuer les personnes influentes pour les mettre en lieu sûr. Ce dernier a quinze minutes pour rejoindre l'aéroport le plus proche avec sa famille où les attend le dernier avion chargé de les transférer...
  4. Le hameau (J+25) : Désertant les centres villes devenus dangereux à cause du chaos et de la pénurie de nourriture, Stéphan, Carine, Mathieu et un groupe d'une trentaine de personnes arrivent dans un hameau où vivent une vingtaine d'hommes et de femmes organisés en petite société. Les responsables se réunissent pour décider s'il faut accepter tous les nouveaux venus...
  5. La centrale (J+45) : Un ingénieur nucléaire tente, avec l'aide de volontaires, de refroidir le combustible d'une centrale électrique. Pour cela, une équipe de techniciens essaient de remettre en marche le barrage situé en amont...
  6. La maison de retraite (J+50) : Malgré l'effondrement de la société, un aide-soignant poursuit méthodiquement son travail auprès des pensionnaires d'une maison de retraite. Le jeune homme se rend compte que les provisions stockées disparaissent mystérieusement. Il tente de comprendre où elles sont passées...
  7. L’île (J+ 170) : A bord d'un voilier, une femme est à la recherche d'une île disposant d'une infrastructure particulière. Autosuffisante et dotée d'une construction de haute technologie, celle-ci est destinée à accueillir une clientèle fortunée en cas d'effondrement de la civilisation...
  8. L’émission (J-5) : Alors que la société moderne est au bord du chaos, un scientifique et des militants écologistes s'apprêtent à faire irruption sur un plateau de télévision. Ils veulent interpeller le ministre de l'écologie sur la situation...

 

                Cette série TV a franchement opté pour le style “dystopique”, pour la catastrophe. On ne sait rien de ce brusque effondrement structurel de la société, sinon que les organismes encadrés par la loi ne fournissent plus les services de base aux populations (énergie, nourriture, eau, police, etc.). Cette descente aux enfers s’étale sur plus de cinq mois dans la confusion la plus totale, dans la peur, la violence, la lutte pour la survie. N’ayant visionné que les quatre premiers épisodes, je ne peux présumer des quatre à venir. Mais il semble bien que l’ensemble de la série parte du présupposé que les gens sont pris par surprise, sans aucune préparation, sans guère de capacités d’adaptation, d’organisation. Il y a bien l’ingénieur qui tente de gérer une centrale nucléaire (ép.5), l’aide-soignant qui persiste à s’occuper de ses vieux dans une maison de retraite (ép.6), l’homme d’affaire qui a contracté une “assurance anti collapse” (ép.3), un petit groupe qui s’est retiré dans un hameau (ép.4), mais tous sont en situation critique, proches du “survivalisme”.

                Or, il existe actuellement quantité de gens qui tentent d’anticiper l’effondrement, en préparant dès maintenant des petites structures viables et expérimentent un mode de vie original et autonome (ce blog en est témoin). Il y a des gens qui réfléchissent à une société complexe sans argent, sans marché, sans État, sans salariat, mais non démunie d’institutions et de règles. Visiblement, les trois scénaristes n’étaient pas au courant. Ils auraient pu, grâce à ces anticipations créatrices, imaginer quelques épisodes “utopiques” qui fassent le pendant aux épisodes “dystopiques”. Ils auraient pu montrer que, si une telle situation advenait, les seuls qui s’en sortiraient honorablement seraient ceux qui auront appris à s’entraider, à collaborer, à produire sans dégâts ce qui est nécessaire à leur reproduction matérielle, qui sauront comment se protéger des nouveaux pillards ayant vécu jusqu’au bout dans le confort et l’inconscience du consumérisme. Dommage…

                Il reste que cette série, au demeurant bien construite, donne à réfléchir sur la nécessité de prévoir un risque d’effondrement, collectivement et non pas individuellement. C’est la moindre des assurances qu’il semble raisonnable de contracter, que l’Histoire donne raison ou pas aux scénaristes…

Commenter cet article