Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Désargence.over-blog.com

Un Etat centralisé?

5 Décembre 2019, 10:20am

    

                Par État j’entends l’Institution centralisée qui stabilise l’ensemble du  système en usant de ce que l’on nomme les droits régaliens : assurer la sécurité intérieure et extérieure, définir le droit et rendre la justice, émettre la monnaie (droit mis à mal au profit des banques), et lever l’impôt. C’est en fonction de ces droits que l’État est jugé indispensable sinon en acceptant l’insécurité extérieure et intérieure, l’absence de lois et de règles de vie commune, la fin des services publics que seuls financent les impôts.

                Qui serait assez fou pour se priver de tout cela ? Les anarchistes qui rêvent d’un ordre sans pouvoir ? Anselm Jappe qui voit de la dissociation partout, y compris dans l’État ? Les “Désargentistes” qui associent de trop près, et dans tous les sens, l’argent et l’État ? Et pourtant, y aurait-il un État au monde qui aurait évité à ses ressortissants l’impasse structurelle actuelle ? Un seul qui applique sérieusement la Déclaration de Droits de l’Homme qu’il a signé ? Un seul qui ne pollue ou ne creuse les inégalités sociales ? Qui hésite un instant entre exploiter un pays plus faible ou voir son PIB baisser ?

                Mais nos gouvernements nationaux ne sont pas la panacée. Ils procèdent d'un choix parmi plusieurs options dont L’État décentralisé, L’État en réseaux, etc.  L’État français s'est même constitué sous la forme actuelle,  de haute lutte à travers les siècles, et pas toujours dans l'intérêt commun. Sous Louis IX, dit le Prudhomme ou Saint Louis (1214-1270), les consulats de paroisses et les parlements régionaux étaient puissants, indépendants du Roi sur beaucoup de domaine, y compris la justice, le droit de battre monnaies et de lever des armées. Une ville pouvait signer une charte de franchise et devenir une “ville-franche” dotée parfois des mêmes pouvoirs régaliens que le Roi de France. Rien que dans le Dauphiné, les historiens ont retrouvé 549 chartes de franchises signée entre 1164 et 1355 !

                Louis IX, en homme pieux, ne pouvait admettre cette autonomie des communautés contraire à l’organisation princeps, celle de l’église. Philippe le Bel, dit le roi de fer (1268-1314), paracheva l’œuvre de son grand-père Louis. Mais tout au long de l’histoire et jusqu’à Louis XIV (pas encore jupitérien mais néanmoins solaire), les Consulats, les Parlements, les Justices locales se sont battus bec et ongles pour préserver quelques-uns de leurs pouvoir.

                A la Révolution, très vite le même combat s’est reproduit entre les Girondins fédéralistes et les Jacobins centralistes. Beaucoup y ont perdu leur tête au sens propre du terme et la France s’est centrée sur Paris au dépend de la “France périphérique” avec les inconvénients que l’on déplore encore. Certains diront que c’était une logique administrative qui de Saint Louis à Robespierre puis Napoléon a donné la victoire au centralisme étatique. Mais on peut difficilement éviter de faire un parallèle entre ce choix du centralisme et le phénomène de condensation propre à l’argent. Argent et pouvoir se sont mutuellement entretenus, d’étape en étape, en se concentrant entre des mains de moins en moins nombreuses mais de plus en plus puissantes, au point que l’on peut parler d’effet “mécanique”, incontournable.

                Si donc cet effet mécanique est à ce point visible, il n’y a pas d’autre issue que d’en faire sauter le pivot, l’argent. Faute de quoi, tout aménagement ne fera que repousser le moment où le pouvoir se sera condensé dans un gouvernement central autoritaire tel que plus rien ne puisse être changé sinon par l’abolition de l’État lui-même.  Abolir l’État a pu un temps signifier le chaos et le retour aux guerres incessantes entre  clans, tribus, ethnies, mais aujourd'hui, ne serait-ce qu'en vertu des moyens de communication et d'échange que nous offre le numérique, l'argent autant que L’État deviennent obsolètes. Il est temps de penser plus moderne que L’État moderne... 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article