Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Désargence.over-blog.com

Démocratie ou oligarchie

7 Décembre 2019, 15:46pm

 

                L’idéal du gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple n’a jamais été atteint quel que soit l’’époque, le lieu, le système. Si le mot vient du grec démo-kratos, le peuple dont il était question dans l’antiquité excluait les les ilotes (esclaves asservis), les femmes et les météques (les étrangers, c’est-à-dire tous ceux qui ne sont pas issus d’un père et d’une mère athéniens). L’ensemble des citoyens composant cette démocratie, c’était au mieux 6 000 personnes, ce qui permet de pratiquer dans l’ecclésia (l’assemblée du peuple) le tirage au sort, le vote à main levée.

                Ce mode de gouvernance s’est imposé suite à la grande stasis (une crise sociale et politique), laquelle était due aux inégalités sociales depuis l’apparition de la monnaie. Il y avait urgence à réformer la politéia (l’organisation de la cité)… Lors des grands rassemblements de l’ecclésia, sur la colline de la  Pnyx,  les thètes (les plus pauvres) n’étaient admis qu’avec réticence, et essentiellement parce que l’on a  besoin d’eux comme combattants. Les femmes, les ilotes (citoyens asservis par une dette ou esclaves) et les métèques (étrangers établis dans la cité) étaient exclus de la politique.  Etre citoyen c’était être né d’un père et d’une mère athénienne, double restriction qui limitait le nombre des citoyens. Les membres de l’aréopage (l’aristocratie judiciaire) et les archontes (dirigeants politiques), dont la démocratie était censée limiter le pouvoir, ont toujours gardé nombre de privilèges. S’il est donc intéressant de connaître l’histoire cette première instauration de la démocratie, on en voit aussi les limites et la difficulté de l’établir à l’échelle d’une nation moderne.

 

              La démocratie restera longtemps un idéal noble mais inatteignable. La démocratie est au peuple ce que le Paradis est au croyant. L’alternative entre la dictature des marchés et le pouvoir partagé par les peuples reste un mythe, du moins tant qu’il y a un marché ! Le paradoxe ne peut venir que de deux sources, le pouvoir et l’argent, les deux étant indissociables et que nous unissons instinctivement dans des relations de causes à effets réciproques et inextricables…                        

Commenter cet article