Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Désargence.over-blog.com

De la démocratie représentative.

10 Décembre 2019, 15:30pm

Publié par Jef

 

                La démocratie a été réduite à l’élection de représentants dont on voit bien qu’une fois en place, ils oublient ce pour quoi ils ont été élus. Cette dérive était prévisible quand on se souvient qu’en France autant qu’en Amérique la démocratie représentative a été instaurée pour limiter le pouvoir du peuple. Cette défiance des peuples est l’héritage direct des monarchies et des aristocraties nobiliaires et même les communistes n’y ont pas échappé en inventant des Soviets votant à 99,8% les directives du parti, en offrant le goulag à quiconque manifestait des velléités bourgeoises d’autonomie.

                L’héritage monarchique ou tsariste n’explique cependant pas tout. Dès le départ de notre civilisation marchande et politiquement centralisée, le ver était dans le fruit, et ce, quelle que soit le lieu, l’époque, la configuration politique. L’argent en se condensant mécaniquement, condense aussi les pouvoirs, ce qui est le contraire de la démocratie. L’Histoire nous apprend qu’au-delà des velléités humaines, du bon sens des acteurs, de leur honnêteté intellectuelle, la démocratie et l’argent sont antinomiques, l’économie monétaire démocratique un oxymore de la pire espèce ! Il aura fallu beaucoup d’astuces aux élites des origines pour concilier dans une même équation le profit et le partage du pouvoir. Ce n’est qu’avec le concours des religions, des élites gouvernantes, des commerçants et entrepreneurs de haut vol que nous avons fini par oublier la dangerosité du l’équation. C’est seulement avec la révolution industrielle et la division du travail que l’argent a pu s’imposer à tous les aspects de la vie humaine et en arriver aux extrémités actuelles et devenir aussi naturel et incontournable que la gravitation.

                Entre le 18ème siècle et le 21ème , l’argent est passé du statut d’objet rare et limité à celui de nécessité vitale à tel point que les privilégiés qui le possèdent en grande quantité se sont pris pour des Dieux, omnipotents, omniscients et au-dessus des lois communes… Dans ces conditions, i était évident que la pouvoir ne se partage pas plus entre égaux en droit qu’entre riches et pauvres. L’astuce de nous faire croire que l’abandon de notre souveraineté, de notre pouvoir au profit d’une oligarchie est la garantie d’une sécurité est vieille comme le Monde. C’est la même tactique qu’utilise n’importe quel brigand de grand chemin depuis l’antiquité en proposant le choix entre donner sa bourse ou perdre la vie. La réalité du propos, c’est plutôt “si tu me donnes ta bourse, je la prends et je te tue après, si tu ne me la refuse, je te prends la vie d’abord, la bourse après”… En somme, il n’y a guère de différence entre le brigand et le représentant du peuple, sinon l’habillage, la forme, la mise en scène !

Commenter cet article